> retour

 

Cette rubrique présente tous les films, restaurés et indexés par les Archives françaises du film du CNC, qui ont été projetés dans le cadre de leur diffusion culturelle depuis 2007.
 

[...] A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z
     
 

10 minutes sur les F.F.I.

   
10 minutes sur les F.F.I.

10 minutes sur les F.F.I.
© Ciné-Archives

André Michel, 1945, France, 10mn

En juin 1940, la France est envahie et une partie de la population prend le chemin de l'exil. Tandis que le maréchal Pétain prône la capitulation, la résistance s'organise. Des formations militaires se constituent clandestinement pour lutter contre l'ennemi, qui traque et torture. En 1942, alors que le régime de Vichy collabore étroitement avec les Allemands, des Français travaillent pour la Résistance : des gendarmes éloignent les curieux des terrains de parachutage des armes destinées aux maquisards; des cheminots sabotent les voies ferrées; des femmes portent des messages au péril de leur vie; des paysans ravitaillent le maquis. Le 6 juin 1944, le débarquement de Normandie permet aux FFI de sortir de l'ombre. Ils participent à la libération de Paris et harcèlent l'ennemi. Dans la rue, les formations de volontaires défilent pour affirmer leur volonté de continuer à se battre, aux côtés des Alliés, afin de rendre son honneur à la France.

Film réalisé avec des documents fournis par "France-Libre Actualités" et "Ceux de la Résistance".


   

Date et lieu de programmation :

  • Jeudi 10 juin 2010 - 70e anniversaire de l'Appel du 18 juin au Musée des armées (Paris)
    Lieux de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines) ; CNC à la BnF (Paris)
   
retour en haut  
     
 

1848

   
1848
1848 © Restauration CNC-AFF

Albert Soboul, Victoria Spiri-Mercanton & Marguerite de La Mure, 1949, France, 22mn

Histoire de la révolution de 1848 d'après les dessins de Daumier et les gravures de l'époque.

   

Date et lieu de programmation :

  • Du 23 au 30 août 2008 - Carte Blanche aux 24e Rencontres Cinéma de Gindou (Lot)
    Lieux de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines) ; CNC à la BnF (Paris)
   
retour en haut  
     
 

24 heures à la colonie de Gouville-sur-Mer

   
24 heures à la colonie de Gouville-sur-Mer
24 heures à la colonie de Gouville-sur-Mer
© Municipalité de Maisons-Alfort

1951, France, 13mn

La colonie de Gouville-sur-Mer, dans la Manche, accueille les enfants de la municipalité communiste de Maisons-Alfort. La journée, qui commence avec un lever des couleurs par l'équipe méritante, se poursuit par une leçon de gymnastique. Après le repas, les filles font la sieste tandis qu'un moniteur raconte une histoire dans le dortoir des garçons. L'ensemble de la colonie se rend ensuite en chantant à la plage pour diverses activités. Après le repas du soir, une veillée a lieu autour d'un feu de camp. Revenus à Paris, les enfants regagnent Maisons-Alfort en autobus, où les attendent leurs familles, un goûter de l'Union des femmes françaises et les représentants de la municipalité. Dans une déclaration solennelle, l'un d'eux rappelle la nette opposition des communistes au placement des enfants à la campagne, privilégiant ainsi le développement de l'esprit collectif et social qu'apporte le séjour en colonie de vacances.

 

 

   

Date et lieu de programmation :

  • Samedi 6 et dimanche 14 août 2011 - "films d'autrefois" sur la Normandie au Centre Rural audiovisuel et culturel (Créances, France)
    Lieux de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines) ; CNC à la BnF (Paris)
   
retour en haut  
     
 

40 ans de cinéma

   
40 ans de cinéma

40 ans de cinéma © Collection CNC-AFF

Louis S. Licot, 1934, France, 40mn

Les précurseurs du cinématographe ont jeté les bases d'une synthèse du mouvement, dont le thaumatrope, le phénakistiscope et le zootrope furent les premières tentatives. En 1877, Emile Reynaud crée le praxinoscope. Plus tard, Marey analyse le mouvement avec son fusil chronophotographique, dont le takiscope allemand est le perfectionnement. L'Américain Muybridge étudie les phases du galop du cheval grâce à vingt-quatre appareils en ligne. Reynaud progresse encore avec les scènes animées peintes de son théâtre optique. Edison met au point le kinétoscope, et ses perforations sont adoptées pour longtemps. Louis Lumière, interviewé dans son bureau, retrace les événements qui aboutirent à la première projection publique. Après la came d'entraînement de Demeny, le système croix de Malte est adopté. L'engouement pour les films Lumière se reporte plus tard sur Méliès, Pathé et Gaumont. Dans un hangar de Belleville, un opérateur fait revivre une machine à bruits venue du théâtre. Gaumont procède en 1901 aux premiers essais de sonorisation et de synchronisation. Les trucages apparaissent, et le cinématographe devient un moyen d'information. Fritz Lang utilise des maquettes pour "La Femme sur la lune" et "Metropolis", et le ralenti fait son apparition. Les différents postes d'une équipe de tournage sont à l'oeuvre sur le plateau du film "Un Petit Trou pas cher", de Pierre-Jean Ducis, et la pellicule est envoyée au tirage. La Moviola perfectionne le synchronisme image et son. Le cinéma contribue à la science en révélant la croissance des plantes. Les cameramen reporters dressent un état de la vie quotidienne du monde.

 

   

Date et lieu de programmation :

  • Jeudi 19 avril 2012 - Séance trimestrielle "Mémoires des images" aux Rencontres audiovisuelles de Lille (France)
    Lieux de consultation : Bois d'Arcy (Yvelines) ; CNC à la BnF (Paris)
   
retour en haut